PlanetHumus

AGRICULTURE – Ressources alimentaires, eau, climat, énergie, exodes – migrations. Appliquons les connaissances en sciences du sol. Car nous avons désertifié la moitié des terres fertiles du Globe depuis 10'000 ans. L'HUMUS de la terre se situe au coeur des solutions. D'immenses régions sahariennes, du Moyen-Orient et méditerranéennes étaient vertes auparavant. Solutions : régénérer l'humus et la biodiversité des sols, reforester. C'est possible, l'expérience le montre…


CLIMAT – COP24 2018, Pologne. Appel remarquable de Greta Thunberg (Suède)

Agée de 15 ans,

la suédoise Greta Thunberg dit la vérité aux pouvoirs

sur le climat

 

Introduction de Bernard K. Martin :

Face aux énormes résistances de majorités politiques, gouvernementales, industrielles, financières et autres puissants sur notre Planète Terre, cette jeune fille exprime magnifiquement la réalité de l’évolution de notre monde en effondrement, exploité par une poignée de « responsables ».

Obsédés par le PIB !

Quid des propositions de l’ONU (PNUD – Programme des Nations Unies pour le Développement) ayant travaillé sur le BNB – Bonheur National Brut (1972) ? Quid des Transitions agro-écologiques ? Des extrêmes priorités : photosynthèse, couverts végétaux, arbres, humus, cycles carbone et eau ? Sécurité alimentaire ? D’une véritable prévention des exodes – migrations ? 

Et la mise en oeuvre accélérée des énergies renouvelables ? Sortir des fossiles, du nucléaire ?

 

#ClimateStrike #FridaysForFuture #Youth4Climate

 

TRADUCTION PAR GOOGLE TRANSLATE :

« Je m’appelle Greta Thunberg. J’ai 15 ans. Je viens de Suède.

Je parle au nom de Climate Justice Now.

Beaucoup de gens disent que la Suède n’est qu’un petit pays et peu importe ce que nous faisons.

Mais j’ai appris que vous n’êtes jamais trop petit pour faire une différence.

Et si quelques enfants peuvent faire les gros titres partout dans le monde simplement en n’allant pas à l’école, alors imaginez ce que nous pourrions tous faire ensemble si nous le voulions vraiment. Mais pour faire cela, nous devons parler clairement, même si cela peut être inconfortable.

Vous ne parlez de croissance économique éternelle verte que parce que vous avez trop peur d’être impopulaire. Vous ne parlez que d’avancer avec les mêmes mauvaises idées qui nous ont mis dans ce pétrin, même lorsque la seule chose sensée à faire est de tirer le frein à main.

Vous n’êtes pas assez mature pour le dire tel quel. Même ce fardeau que vous nous laissez, enfants. Mais je ne me soucie pas d’être populaire. Je me soucie de la justice climatique et de la planète vivante.

Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à un très petit nombre de personnes de continuer à gagner énormément d’argent.

Notre biosphère est en train d’être sacrifiée pour que les riches de pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Ce sont les souffrances du plus grand nombre qui paient le luxe de quelques-uns.

En 2078, je vais fêter mes 75 ans. Si j’ai des enfants, ils passeront peut-être cette journée avec moi. Peut-être qu’ils vont me demander de vous. Peut-être demanderont-ils pourquoi vous n’avez rien fait alors qu’il était encore temps d’agir.

Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant vous leur volez leur avenir devant leurs yeux.

Tant que vous ne commencerez pas à vous concentrer sur ce qui doit être fait plutôt que sur ce qui est politiquement possible, il n’y a plus d’espoir. Nous ne pouvons pas résoudre une crise sans la traiter comme une crise.

Nous devons garder les combustibles fossiles dans le sol et nous devons nous concentrer sur l’équité. Et s’il est si impossible de trouver des solutions dans le système, nous devrions peut-être changer le système lui-même.

Nous ne sommes pas venus ici pour prier les dirigeants mondiaux Vous nous avez ignorés dans le passé et vous nous ignorerez à nouveau.

Nous sommes à court d’excuses et de temps.

Nous sommes venus ici pour vous informer que le changement s’annonce, que cela vous plaise ou non. Le vrai pouvoir appartient au peuple.

Je vous remercie. »

——————————-

TEXTE ANGLAIS ORIGINAL :

15 year old activist Greta Thunberg speaks truth to power at the UN COP24 climate talks:

« My name is Greta Thunberg. I am 15 years old. I am from Sweden.

I speak on behalf of Climate Justice Now.

Many people say that Sweden is just a small country and it doesn’t matter what we do.

But I’ve learned you are never too small to make a difference.

And if a few children can get headlines all over the world just by not going to school, then imagine what we could all do together if we really wanted to. But to do that, we have to speak clearly, no matter how uncomfortable that may be.

You only speak of green eternal economic growth because you are too scared of being unpopular. You only talk about moving forward with the same bad ideas that got us into this mess, even when the only sensible thing to do is pull the emergency brake.

You are not mature enough to tell it like is. Even that burden you leave to us children. But I don’t care about being popular. I care about climate justice and the living planet.

Our civilization is being sacrificed for the opportunity of a very small number of people to continue making enormous amounts of money.

Our biosphere is being sacrificed so that rich people in countries like mine can live in luxury. It is the sufferings of the many which pay for the luxuries of the few.

The year 2078, I will celebrate my 75th birthday. If I have children maybe they will spend that day with me. Maybe they will ask me about you. Maybe they will ask why you didn’t do anything while there still was time to act.

You say you love your children above all else, and yet you are stealing their future in front of their very eyes.

Until you start focusing on what needs to be done rather than what is politically possible, there is no hope. We cannot solve a crisis without treating it as a crisis.

We need to keep the fossil fuels in the ground, and we need to focus on equity. And if solutions within the system are so impossible to find, maybe we should change the system itself.

We have not come here to beg world leaders to care. You have ignored us in the past and you will ignore us again.

We have run out of excuses and we are running out of time.

We have come here to let you know that change is coming, whether you like it or not. The real power belongs to the people.

Thank you. »


A propos : conférence « AGIR POUR LE CLIMAT » (gpclim.ch et UNIL) 29.11.2018

A propos de la conférence : “AGIR ENSEMBLE POUR LE CLIMAT”

organisée par l’Association Grands-parents pour le Climat (www.gpclimat.ch) et l’Université de Lausanne (voir le post précédent – ci-dessous, daté du 12 novembre 2018 ainsi que notre Newsletter du 22 novembre 2018)

 

Une remarquable rencontre multi-générationnelle qui a rassemblé beaucoup d’auditeurs/trices : une grande salle comble ! Et des orateurs compétents, des participants à la « Table Ronde » motivés. Le signe des temps : le réchauffement climatique s’aggravant, le grand public s’investit et les initiatives de la société civile se multiplient !

Pour visionner la conférence dans son intégralité, cliquez sur la vidéo Youtube ci-dessous :

 

Mais, enfin (!), des Institutions soucieuses de la protection de l’Environnement et du CLIMAT passent aussi aux actes. Ainsi, précédemment, une courageuse réalisation de Mme la Conseillère d’Etat, Madame Jacqueline de Quattro avec son Département du Territoire et de l’Environnement (DTE) : la 1ère des “Assises vaudoises CLIMAT” avait réuni de nombreuses personnalités à l’EPFL le 12 novembre 2018 ! Dans les Administrations des créateurs osent initier des progrès, souvent isolés pourtant essentiels localement pour devenir universels au plan mondial car incontournables.

Quant à la conférence « AGIR ENSEMBLE POUR LE CLIMAT » à l’Université de Lausanne, bien que réussie, répondant à de multiples questions et problèmes majeurs, une remarque importante : une approche globale élargie aux Sciences de la Terre aurait été bienvenue dans ce contexte suisse et mondial. Car les interactions « Sol-humus-plante-carbone-azote-atmosphère-climat-énergie » constituent une réalité gigantesque ! Sur lesquelles nous avons la possibilité (l’obligation ?) d’agir.

Tant il est vrai que, pour résumer des bases de la Biosphère, la photosynthèse végétale et l’humification (formation de l’humus des sols) sur notre Planète représentent les principaux processus énergétiques, fantastiques, immenses, grâce au rayonnement solaire.


Conférence « AGIR ENSEMBLE POUR LE CLIMAT » Université Lausanne 29.11.2018

« AGIR ENSEMBLE POUR LE CLIMAT »




Le climat change de plus en plus vite et pose d’innombrables défis à nos sociétés, de l’échelle locale à l’échelle mondiale.
L’association Grands-parents pour le Climat, par son Comité et sa Commission scientifique, et l’Université de Lausanne, par sa Direction, ont le grand plaisir d’accueillir la Professeure Martine Rebetez, qui dressera un état des lieux des connaissances scientifiques sur les changements climatiques, et le Professeur Jacques Dubochet, qui abordera les relations entre les résultats scientifiques et nos choix de société.
La seconde partie de la soirée permettra un dialogue entre plusieurs associations de jeunes engagé-e-s pour le climat ou le développement durable, le public et les deux intervenant-e-s, ainsi qu’avec les membres de l’association Grands-parents pour le Climat.

18h15
Introduction et mots de bienvenue
– Laurence Martin, Co-présidente GP Climat
– Benoît Frund, Vice-recteur de l’UNIL

Conférences de Martine Rebetez et Jacques Dubochet

Dès 19h30
Dialogue entre générations, modéré par Nicole Baur,
Déléguée à la politique familiale et à l’égalité du canton
de Neuchâtel, avec la participation de
– Swiss Youth for Climate
– Groupe lausannois de désinvestissement
– Label J’OSE: Jeunes Objectif Smart Energie
– Le LAC: Lausanne Action Climat
– Artisans de la Transition
– Aînées pour la protection du climat
– Associations d’Etudiants

Dès 20h30
Session posters et réseautage autour d’une collation.

Lieu : UNIL, Amphimax, auditoire 351
Accès : M1 arrêt UNIL-Sorge

 

Martine Rebetez, climatologue, professeure à l’Université de Neuchâtel, collaboratrice scientifique à l’Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (WSL); spécialisée
dans les changements climatiques et leurs conséquences sur les forêts, le tourisme de montagne et l’enneigement. Experte reconnue dans le milieu scientifique, et référence pour les autorités publiques.

 

Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie 2017, ingénieur physicien, biophysicien, professeur honoraire de l’Université de Lausanne où il a dirigé le Département d’analyses ultrastructurales, présidé la Section de Biologie. Impliqué dans les grands défis scientifiques et sociétaux du monde actuel, il est l’auteur de «Parcours», un ouvrage paru au printemps 2018 (Rosso Editions) dans lequel il témoigne de son engagement.

 

Pour plus d’informations et pour s’inscrire : cliquez ici


Face aux exodes : revitaliser des sols agricoles abandonnés

Créer de nouvelles richesses : revitaliser,

régénérer des sols agricoles abandonnés

 

Créer de nouvelles richesses, c’est redonner une place centrale à l’agriculture et à la forêt, tout en régénérant des territoires dégradés vidés de leurs habitants. Du super gagnant-gagnant. Principaux avantages : créations d’emplois et d’entreprises, réhabilitation de sols épuisés (grâce aux humus + biodiversité du sol + couverts végétaux), frein aux migrations, stockage / séquestration de carbone au sein de la terre, rétablissement du cycle de l’eau, contribution à la lutte contre le réchauffement climatique. Accroître la sécurité alimentaire.

Remarquable opération dans le Sud de l’Europe, présentée dans le journal 24 Heures de Lausanne du 16-17 juin 2018


(cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir l’article en PDF)

Cet article peut être consulté à cette adresse : https://bernardkmartin.files.wordpress.com/2018/06/adopter_un_olivier.pdf

ou sur le site de 24 heures :

https://www.24heures.ch/news/adopter-olivier-sauver-village/story/24773498

—————-

Explications de base

Photosynthèse et humification (formation, fabrication d’humus) constituent les clés de base de toutes activités humaines. Ces deux processus biologiques constituent les sources les plus puissantes d’énergies sur notre Planète (grâce au soleil).

Schéma, synthèse :


CLIMAT – SECURITE ALIMENTAIRE : l’Initiative 4 pour 1000 (humus+végétal)

4pour1000titre

CLIMAT – SECURITE ALIMENTAIRE : l’Initiative 4 pour 1000 (humus+végétal)

CLIMAT-SOL-HUMUS-PLANTES-AGRICULTURE-MIGRANTS :

nombreuses stratégies à disposition

Face aux multiples causes du réchauffement climatique, une quantité appréciable de solutions s’offrent, largement relatées par les gouvernements, medias, organisations, recherche, industriels, ONU, etc.Une piste essentielle importante a été officiellement présentée suite à COP21 et COP22 (cliquez sur ces liens pour accéder aux sites) par le Ministère français de l’agriculture.

Sa mise en œuvre semble déjà en début d’application dans certains pays : redonner vie aux sols, reconstituer leur humus, reforester, garantir des couverts végétaux ; la particularité des vertus de ces options biologiques réside dans un fait indiscutable : la richesse en carbone de ces facteurs du Vivant. Passant de la plante (photosynthèse) puis aux sols – après décomposition, une grande partie du carbone atmosphérique se retrouve stockée (séquestrée) au sein de la terre sous forme d’humus ( = carbone) et dans les végétaux.

schema4pour1000

 A ce titre, le Ministre Stéphane Le Foll lança « l’Initiative 4 pour 1000 » (n’hésitez pas à cliquer sur ce lien), ayant pour but d’augmenter annuellement de 4 pour 1000 le taux d’humus des sols. Forts de cette prise de conscience et des heureuses potentialités à venir, un certain nombre de pays adhèrent au projet sur plusieurs continents, de l’Europe à l’Afrique en passant par les territoires du Commonwealth.

Extraits de FRANCE-INFO : « C’est fantastique, mais nous n’inventons rien. Tout cela existe depuis 3,8 milliards d’années« , souligne Janine Benyus, experte en biomimétisme. « Nous parlons de la manière de capturer le CO2 — pour inverser le problème de l’excès de CO2 dans l’air et de son insuffisance dans le sol« .

Lire la suite


Economie verte : votez OUI !

Economie verte : votez OUI !

Tous les systèmes économiques et êtres humains dépendent des ressources naturelles !

Quelle activité humaine peut-elle se passer de ce que nous offre notre biosphère ? Aucune. Personne n’y échappe : nous dépendons de ce que la Nature nous offre. Sols, flore, faune, minéraux, atmosphère, eau, etc.

En plein désert, les nomades n’y survivraient pas s’il n’y avait quelques rares oasis nourriciers ou sources d’eau potable. Quant à la planète Mars, des chercheurs travaillent à y préparer des conditions  permettant la subsistance, la survie d’êtres humains pour un certain futur. Une perspective de « Terraformation », sur Mars : créer, mettre en fonction les grands cycles bio-géochimiques (production, circulation des éléments primordiaux : carbone, oxygène, azote, eau – H2O, hydrogène, etc. ), bases en vue de créer du vivant, des sols fertiles, des forêts, des cours d’eau, etc. : faisable au fil des siècles, devant nous….

earth_1390199_640_pt

Sur notre bonne vieille planète Terre, ces grands systèmes (cycles bio-géochimiques) à la base de toutes les formes de vies existent depuis des millénaires. Ce précieux héritage « fonctionne » encore, quoique bien hypothéqué après des siècles d’excès, de destructions : sous la pression humaine, la moitié des terres fertiles ont été transformées en désert. La stérilisation des sols continue ; de même, toutes les formes de pollutions qui font l’actualité, l’épuisement des ressources fossiles et autres minerais ; et les dangers du nucléaire.

Résultats désastreux (reliés, interactifs, concomitants), crises majeures dans tous les domaines : érosion, désertification, famines, sécheresses, exodes – migrations, chômage, faillite mondiale de l’agriculture industrielle (globalement parlant), réchauffement – déchaînement du climat, inondations ou raréfaction de l’eau selon les régions, crise énergétique… Alors que les solutions à ces problèmes sont connues.

Par exemple, sur le plan de la désertification, des migrations, du climat (en lien avec les sols vivants et l’humus), cliquez ci-dessous pour visualiser une remarquable vidéo « HUMUS, ESPOIR OUBLIE POUR LE CLIMAT » :

présentant des recherches scientifiques qui expliquent  les interactions « Sol – humus – plante – climat – migrations – énergie ».

De nombreuses techniques et méthodes respectueuses de l’environnement naturel existent, ont fait leurs preuves. Citoyennes et citoyens  réalisent progressivement que le pouvoir leur appartient. Elles/ils envisagent la durabilité au sein d’une société mieux équilibrée :

Votez OUI à une Economie verte !

Car une Nature respectée constitue notre berceau, notre survie, celle de nos enfants et petits-enfants.

Avec l’espoir que les citoyennes / citoyens du monde en prennent conscience et mettent en oeuvre les nombreuses alternatives offertes.