PlanetHumus

AGRICULTURE – Ressources alimentaires, eau, climat, énergie, exodes – migrations. Appliquons les connaissances en sciences du sol. Car nous avons désertifié la moitié des terres fertiles du Globe depuis 10'000 ans. L'HUMUS de la terre se situe au coeur des solutions. D'immenses régions sahariennes, du Moyen-Orient et méditerranéennes étaient vertes auparavant. Solutions : régénérer l'humus et la biodiversité des sols, reforester. C'est possible, l'expérience le montre…

“Le sol fait le climat”

“LE SOL FAIT LE CLIMAT”

de Maxime Guillaume
Ingénieur des Arts et Métiers 
Ancien directeur de la Coopérative de Safi.  Ancien inspecteur des plantations et de la restauration des sols du Territoire de Safi (Maroc)

Chevalier du mérite agricole  –   Chevalier du Ouissam alaouite

Préface d’André Louis, Ingénieur agronome, Secrétaire général de l’Association Européenne d’Agriculture biologique (1970)

Un ouvrage  remarquable sortant des sentiers battus, alors qu’une forme de pensée unique voudrait nous faire croire que le climat fait le sol. Pour le moins y a-t-il interactions ? Une autre forme de pensée unique semble aussi insinuer systématiquement que les grandes civilisations qui nous ont précédés (Mésopotamie, Pays de Canaan, Egypte des Pharaons, Péninsule arabique, Indus, Chine ancienne, Empires grecs et romains, etc.) ont érigé villes et monuments en pleines zones désertiques… ( ! ) Alors qu’au contraire, la pression humaine exercée par ces ancêtres lointains sur un environnement alors verdoyant et fertile, transforma progressivement des territoires féconds en sols stériles, du Désert de Gobi à ceux d’Arabie, au Sahara et au pourtour méditerranéen.

Et l’érosion des sols agricoles s’accentue aujourd’hui même en Europe du Nord, certaines terres ayant souvent perdu plus de la moitié de leur humus et de leur biodiversité intrinsèque : proche de la stérilité, cultures soutenues provisoirement par de fortes doses d’engrais solubles (de synthèse) avec les conséquences que l’on sait.

Un obscurantisme quasi officiel sur la Planète passe sous silence – aux plans médiatiques comme de la vulgarisation “grand public” – l’extrême importance de deux carrefours primordiaux, tant pour l’ agriculture durable que pour la forêt, le climat, la prévention des migrations humaines : la photosynthèse et l’humification (formation de l’humus). Deux gigantesques processus régissant en grande partie les cycles bio-géochimiques (cycles carbone, azote, oxygène, eau H2O) sur le globe. Deux processus vitaux ayant des effets locaux et globaux d’une fantastique portée à terme pour la Biosphère et notre bien-être.

L’ouvrage de Maxime Guillaume date, bien-sûr (1968-1970). Parmi beaucoup d’autres travaux de nombreux chercheurs et praticiens sur des thèmes parents, ce livre nous montre aussi l’indifférence, la passivité, la désinformation, la cupidité, (la lâcheté ?) d’une majorité de décideuses et décideurs de ce monde.

A quand une véritable démocratie des sciences – indépendantes des techniques et des marchands ?

Bernard K. Martin

Extraits de l’oeuvre de Maxime Guillaume :

NB : cet ouvrage (édité en 1970 ?) est épuisé. Nous tentons des démarches en vue d’obtenir le droit de le publier en totalité ici en format pdf.