PlanetHumus

AGRICULTURE – Ressources alimentaires, eau, climat, énergie, exodes – migrations. Appliquons les connaissances en sciences du sol. Car nous avons désertifié la moitié des terres fertiles du Globe depuis 10'000 ans. L'HUMUS de la terre se situe au coeur des solutions. D'immenses régions sahariennes, du Moyen-Orient et méditerranéennes étaient vertes auparavant. Solutions : régénérer l'humus et la biodiversité des sols, reforester. C'est possible, l'expérience le montre…


Mortalité de centaines d’arbres en forêt. Toutes les causes abordées ?

500’000 arbres morts en 2018 (Suisse) !

Abattus d’urgence ou décimés pour différentes causes 

Il est beaucoup question de sapins morts. D‘autres espèces sont aussi gravement atteintes : ormes, frênes, pins sylvestres, séquoias, palmiers…  Réchauffement climatique, pics de chaleur, sécheresses, tempêtes, comptent parmi les causes importantes. Merci au quotidien 24 heures (Lausanne, Suisse) du 24 juin 2019 d’y consacrer un article à cette triste alerte.

« Parasites » tels que bostryches, graphiose, chalarose sont montrés du doigt. A juste titre. Mais l’on parle un peu rapidement de « pollutions »... Dommage d’être si « court » ! Les effets nuisibles co-latéraux des pesticides en circulation dans la biosphère n’en constituent que la pointe de l’iceberg.

Car rappelons que l’industrie chimique « fabrique » plus de 100’000 nouvelles molécules de synthèse dont on ignore pour la plupart les conséquences sur l’environnement et la santé, à terme. Et à plus forte raison quant aux effets peut-être explosifs de « cocktails » des nouvelles molécules de synthèse entre elles, disséminées dans la nature. Le grand brassage ! 

Mortalité des arbres : pensons aux causes dues à l’appauvrissement, l’empoisonnement des sols qui souffrent de carences ou de polluants par exemple du type « oxydes d’azote » provenant des émissions de l’agriculture et de la circulation automobile. Oxydes d’azote partant dans l’atmosphère, puis retombant sur les territoires, via vents et pluies….

Ces oxydes d’azote (parmi les nombreux autres polluants) nuisent à beaucoup de forêts dont terre et biodiversité subissent des dommages. Une conséquence : la lente diminution des humus et de la biodiversité (invertébrés, microorganismes dont bactéries – myceliums – enzymes, etc…) des sols aux fonctions-clés, notamment pour l’équilibre, le maintien des immunités végétales. Ainsi des humus forestiers, minéralisés par l’excès d’azote d’origine anthropique, migrent sous forme gazeuse (CO2) dans l’atmosphère … renforçant le réchauffement climatique… Une véritable spirale infernale !

Cette problématique dans l’article de 24 Heures demande des informations scientifiques à caractère de « sciences du sol », de la Terre (pédologie, biologie, toxicologie, climatologie).

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE 24Heures « LES SAPINS VAUDOIS MEURENT PAR CENTAINES »

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE HEIDI.NEWS « L’HECATOMBE MENACE LES SAPINS DE LA FORET VAUDOISE »


INFORMATIONS UTILES : 

– Des ouvrages essentiels abordent l’importance des sols vivants, riches en humus, en organismes se développant sous nos pieds, sols liés (interactifs) avec les couverts végétaux (photosynthèse). Ces livres proposent des connaissances fondamentales, des moyens d’action pour régénérer la terre, la protéger à court et à long terme. Par exemple, cliquez ci-dessous pour en agrandir la lisibilité :

Pour commander le livre : https://www.ppur.org/produit/422/

 

Pour commander le livre : https://www.ppur.org/produit/936/

*******************************************************

QUELQUES SITES : POUR ALLER PLUS LOIN

Informations :
https://planethumus.com  et  https://agrihumus.com

Voir notre chaîne YouTube :
https://www.youtube.com/user/PlanetHumus

Recherche suisse PNR68 :
http://www.pnr68.ch/fr/projets/synteses-thematiques/sol-et-environnement

FiBL – Institut de recherche en agriculture biologique :
https://www.fibl.org/fr/page-accueil.html

BIOPHYT – Institut de recherches, agronomie – écologie appliquées :
http://www.biophyt.ch/f_index.html

Laboratoire Analyses Microbiologiques Sols (Lydia et Claude Bourguignon) :
https://lams-21.com/artc/LAMS/1/fr/

Aînées pour la protection du climat : https://ainees-climat.ch

.


« Arbres pour la Planète » – Climat, Biodiversité, Eau, Agriculture, Sécurité alimentaire !

******************************************************


Informations complémentaires :

 

https://planethumus.com  et  https://agrihumus.com

Voir notre chaîne YouTube :
https://www.youtube.com/user/PlanetHumus

Recherche suisse PNR68 :
http://www.pnr68.ch/fr/projets/synteses-thematiques/sol-et-environnement

Institut de recherche en agriculture biologique :
https://www.fibl.org/fr/page-accueil.html

BIOPHYT – Institut de recherches, agronomie – écologie appliquées :
http://www.biophyt.ch/f_index.html

Laboratoire Analyses Microbiologiques Sols (Lydia et Claude Bourguignon) :
https://lams-21.com/artc/LAMS/1/fr/

Initiative internationale 4 pour 1000 carbone :
https://www.4p1000.org/fr

ASSOCIATION FRANÇAISE d’AGROFORESTERIE :
http://www.agroforesterie.fr/definition-agroforesterie.php

Article agroforesterie suisse dans magazine Agrihebdo
https://www.agrihebdo.ch/agroforesterie

 

Aînées pour la protection du climat : https://ainees-climat.ch

 


MAJORITES POLITIQUES : DANS LE DENI « ENVIRONNEMENT – CLIMAT »

Il y a bientôt 20 ans, un des premiers livres de vulgarisation sur le sujet ! Un ouvrage qui n’a pas pris une ride, bien au contraire ! 

« NOS RESSOURCES ALIMENTAIRES

EAU  –  CLIMAT »

« Les enjeux internationaux du compostage »

par Bernard K. Martin – Ed. L’Harmattan, Paris – 2001

Préface du Prince Sadruddin Aga Khan, Consultant spécial du Secrétaire Général de l’ONU, Président de la Fondation de Bellerive et du Groupe de Bellerive – Genève
Avant-propos du Professeur Jean-Michel Gobat, Dr en écologie, pédologue, Université de Neuchâtel
Postface de Gérard Cuendet, Docteur en biologie, pédologue, Lausanne

Pour en savoir plus quant à cet ouvrage, cliquez ci-dessous :

Article et une OPINION dans le quotidien 24 Heures – Lausanne (Suisse), table des matières du livre, commentaire d’un lecteur (parmi une vingtaine d’autres à paraître), projet politique / postulat  « SOL – HUMUS – AGRICULTURE – CARBONE – CLIMAT »  accepté par le Grand Conseil vaudois (Suisse) en 2007, schéma et synthèse pour explications…

Informations complémentaires :

Voir notre chaîne YouTube (vidéos, diaporamas) : https://www.youtube.com/user/PlanetHumus/videos?view_as=subscriber

Recherche suisse PNR68 : https://lnkd.in/g9YBH2j

FiBL : https://www.fibl.org/fr/page-accueil.html

http://www.agroforesterie.fr/definition-agroforesterie.php

Initiative internationale 4 pour 1000 carbone : https://www.4p1000.org/fr

Aînées pour la protection du climat : https://ainees-climat.ch

.


Sciences PNR 68 : liens « Sol – agriculture – forêt – climat » soutenus !

Multifonctionnalité des sols riches en humus + organismes (ex.: vers de terre, autres invertébrés, microorganismes, etc.)

et importance des couverts végétaux (forêts, prairies, haies, litières végétales, zones humides, etc.) 

Après l’invention du feu, l’apparition de l’agriculture, l’âge du fer, l’ère industrielle et les nouvelles technologies, comment améliorer confort, santé, climat, sécurité alimentaire, développement ?

Redonner une place centrale à l’agriculture et à la forêt constitue des mesures fondamentales. Que deviendrions-nous sans des ressources alimentaires saines, sans agriculture nourricière durable, couverts végétaux protégeant les sols et renouvelant notre air respirable ? Sans les produits « bois » ? Le calme, la paix des bois ? Prendre soin de l’humus, de la biodiversité et des argiles au sein de la terre, fondements de sa fertilité : trois paramètres « biogéochimiques » déterminant aussi dynamique + stabilité, capacité à retenir l’eau, gage de fertilité, stockage de carbone sous nos pieds (effet équilibre climat), meilleure santé des plantes cultivées.

De plus, une agriculture fondée sur humus + biodiversité + argiles du sol économise l’énergie. L’agriculture biologique, l’agro-écologie offrent des techniques pour atteindre des équilibres.

Créer de nouvelles richesses passe aussi par « INVESTIR DANS L’HUMUS ET LES FORETS » !

Réhabiliter des territoires dégradés par nos ancêtres, aujourd’hui abandonnés. Dans le Sud de l’Europe, autour de la Méditerranée, des millions d’hectares attendent des soins. Régénérer ces sols, recréer des espaces nourriciers, de nouveaux habitats, des emplois dans tous les secteurs de l’économie. Sans compter les milliards de tonnes de carbone stockables (séquestrables) sous formes d’humus, de couverts végétaux et de biodiversité ! C’est prouvé et possible !

Les perspectives proposées via les cinq synthèses thématiques du Programme national de recherche scientifique (PNR 68) ouvrent sur un bel avenir. Synthèses accessibles et téléchargeables en cliquant ci-dessous :

——————————

Déjà en 2010 une excellente présentation de ce type d’approches fut donnée par le Dr Andreas Fliessbach (FiBL) lors de notre 3ème Colloque pluridisciplinaire « Interactions Sol-plante-climat-énergie ». Cliquez ci-dessous pour visionner et télécharger le diaporama de sa conférence :

 

Déjà en 2011, cet article paraissait le 7 octobre dans l’hebdo agricole romand, cliquez pour la rédaction : AGRI HEBDO

Cliquez sur l’article ci-dessous pour l’agrandir :


Face aux exodes : revitaliser des sols agricoles abandonnés

Créer de nouvelles richesses : revitaliser,

régénérer des sols agricoles abandonnés

 

Créer de nouvelles richesses, c’est redonner une place centrale à l’agriculture et à la forêt, tout en régénérant des territoires dégradés vidés de leurs habitants. Du super gagnant-gagnant. Principaux avantages : créations d’emplois et d’entreprises, réhabilitation de sols épuisés (grâce aux humus + biodiversité du sol + couverts végétaux), frein aux migrations, stockage / séquestration de carbone au sein de la terre, rétablissement du cycle de l’eau, contribution à la lutte contre le réchauffement climatique. Accroître la sécurité alimentaire.

Remarquable opération dans le Sud de l’Europe, présentée dans le journal 24 Heures de Lausanne du 16-17 juin 2018


(cliquez sur l’image ci-dessous pour ouvrir l’article en PDF)

Cet article peut être consulté à cette adresse : https://bernardkmartin.files.wordpress.com/2018/06/adopter_un_olivier.pdf

ou sur le site de 24 heures :

https://www.24heures.ch/news/adopter-olivier-sauver-village/story/24773498

—————-

Explications de base

Photosynthèse et humification (formation, fabrication d’humus) constituent les clés de base de toutes activités humaines. Ces deux processus biologiques constituent les sources les plus puissantes d’énergies sur notre Planète (grâce au soleil).

Schéma, synthèse :


SOL-CLIMAT : initiative + 4 pour 1000 « HUMUS »

Extrait du site français du Ministère de l’Agriculture

(aucune information n’a été trouvée sur les sites de la Confédération suisse

sur le sujet ci-desous) 

Mise en œuvre nationale des politiques liées au 4 pour 1000

4 POUR 1000 CHANGEMENT CLIMATIQUE ENVIRONNEMENT SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

Le changement climatique représente un enjeu majeur pour le secteur agricole. Favoriser un meilleur stockage de carbone dans les sols est un élément important de la solution que peut apporter l’agriculture face à cet enjeu : l’augmentation du taux de matière organique dans les sols permet, à travers l’amélioration de la fertilité des sols, de répondre à l’enjeu de sécurité alimentaire ; à travers une meilleure résistance à l’érosion et une meilleure capacité de stockage hydrique, de favoriser l’adaptation au changement climatique ; à travers la séquestration de davantage de carbone, de contribuer à l’atténuation du changement climatique.

Tous ces enjeux sont portés par l’initiative « 4 pour 1000,
les sols pour la sécurité alimentaire et le climat »

Ces enjeux se traduisent au niveau national par des objectifs suivant trois axes :

  • maintien des stocks de matière organique des sols où ils sont élevés (forêts, zones humides, prairies, parcours, systèmes de polyculture-élevage) ;
  • augmentation des stocks là où ils ont décliné et là où le potentiel d’accroissement existe ;
  • synergies et équilibres territoriaux dans une perspective d’économie circulaire (entre les usages de la biomasse, entre territoires producteurs de matières organiques et ceux nécessitant un enrichissement, qualité des matières organiques apportées aux terres).

Ces enjeux sont déjà pris en compte au travers d’un nombre conséquent de politiques mises en œuvre en France, et ce, d’une manière explicite et directe, ou d’une manière indirecte, tant les co-bénéfices sont nombreux lorsqu’il s’agit de la vie des sols. Le présent document vise à donner un aperçu de ces politiques.

Consultez le document Mise en œuvre nationale des politiques liées au 4 pour 1000 (PDF, 1.09 Mo)

Site du Ministère français de l’Agriculture

Site de l’initiative 4 pour 1000


CLIMAT – SECURITE ALIMENTAIRE : l’Initiative 4 pour 1000 (humus+végétal)

4pour1000titre

CLIMAT – SECURITE ALIMENTAIRE : l’Initiative 4 pour 1000 (humus+végétal)

CLIMAT-SOL-HUMUS-PLANTES-AGRICULTURE-MIGRANTS :

nombreuses stratégies à disposition

Face aux multiples causes du réchauffement climatique, une quantité appréciable de solutions s’offrent, largement relatées par les gouvernements, medias, organisations, recherche, industriels, ONU, etc.Une piste essentielle importante a été officiellement présentée suite à COP21 et COP22 (cliquez sur ces liens pour accéder aux sites) par le Ministère français de l’agriculture.

Sa mise en œuvre semble déjà en début d’application dans certains pays : redonner vie aux sols, reconstituer leur humus, reforester, garantir des couverts végétaux ; la particularité des vertus de ces options biologiques réside dans un fait indiscutable : la richesse en carbone de ces facteurs du Vivant. Passant de la plante (photosynthèse) puis aux sols – après décomposition, une grande partie du carbone atmosphérique se retrouve stockée (séquestrée) au sein de la terre sous forme d’humus ( = carbone) et dans les végétaux.

schema4pour1000

 A ce titre, le Ministre Stéphane Le Foll lança « l’Initiative 4 pour 1000 » (n’hésitez pas à cliquer sur ce lien), ayant pour but d’augmenter annuellement de 4 pour 1000 le taux d’humus des sols. Forts de cette prise de conscience et des heureuses potentialités à venir, un certain nombre de pays adhèrent au projet sur plusieurs continents, de l’Europe à l’Afrique en passant par les territoires du Commonwealth.

Extraits de FRANCE-INFO : « C’est fantastique, mais nous n’inventons rien. Tout cela existe depuis 3,8 milliards d’années« , souligne Janine Benyus, experte en biomimétisme. « Nous parlons de la manière de capturer le CO2 — pour inverser le problème de l’excès de CO2 dans l’air et de son insuffisance dans le sol« .

Lire la suite