PlanetHumus

AGRICULTURE – Ressources alimentaires, eau, climat, énergie, exodes – migrations. Appliquons les connaissances en sciences du sol. Car nous avons désertifié la moitié des terres fertiles du Globe depuis 10'000 ans. L'HUMUS de la terre se situe au coeur des solutions. D'immenses régions sahariennes, du Moyen-Orient et méditerranéennes étaient vertes auparavant. Solutions : régénérer l'humus et la biodiversité des sols, reforester. C'est possible, l'expérience le montre…

Réchauffement des sols : plus de CO2 que prévu ?

Article extrait de La Recherche du 21 mars 2017

Le réchauffement des sols libèrerait plus de CO2 que prévu

La température des sols augmente avec le réchauffement climatique. Ce faisant, le sol libère plus de gaz carbonique dans l’atmosphère que d’habitude. Cette quantité de CO2 produite serait bien supérieure à ce qu’estimaient les biogéochimistes.

Les sols de la Terre contiennent environ trois mille milliards de tonnes de carbone contenu dans des molécules organiques. Les organismes qui colonisent les sols en sont friands, ils les utilisent et les décomposent dans les nombreux mécanismes qui leur sont vitaux, comme la respiration hétérotrophe, au cours de laquelle ils rejettent le dit carbone sous forme gazeuse (le CO2) dans l’atmosphère. Plusieurs estimations ont montré que le réchauffement climatique allait augmenter les émissions de CO2 dues à la respiration des sols. Une nouvelle étude, parue le 9 mars dans la revue Science, montre que cette augmentation est quatre fois plus importante que prévue.

Au rythme actuel du réchauffement climatique et si les accords de Paris, entrés en vigueur en novembre 2016 et signé par 195 pays, n’atteignent pas leur objectif, les sols pourraient se réchauffer de 4°C d’ici à cent ans. L’équipe de biogéochimistes, dirigée par Margaret Torn du laboratoire national de Berkeley, en Californie, a donc voulu tester la réaction des sols lorsqu’une telle hausse de température leur était appliquée.

Jusqu’à aujourd’hui, les expériences de réchauffement du sol in situ ne se concentraient que sur les vingt premiers centimètres du sol et ignoraient donc les effets de tels changement sur les couches plus profondes (entre 20 cm et un mètre). Pourtant, ces couches contiennent plus de 50% des réserves de carbone organique du sol. L’équipe s’est donc attelée à chauffer de 4°C plusieurs parcelles de terre de 3 mètres de diamètre, dans une forêt tempérée de conifères à sol argileux, en Amérique du Nord. Pour ce faire, ils ont utilisé des tiges et des câbles chauffants, leur permettant de faire varier la température de leurs échantillons jusqu’à un mètre de profondeur, sans altérer le gradient naturel de température du milieu.

Tous les mois, pendant deux ans, Margaret Torn et ses collègues ont mesuré les émissions de gaz carbonique de chaque parcelle à cinq paliers de profondeur différents. Pour Pierre Barré, du laboratoire de géologie de l’Ecole normale supérieure, spécialiste de la dynamique du carbone dans les sols : « c’est un dispositif original et unique qui a dû nécessiter un travail colossal en termes de mesure de données. »

Les biogéochimistes ont découvert qu’un réchauffement des sols de 4°C entraînait une augmentation de la respiration du sol d’environ 37%, soit près de quatre fois plus que ce que prévoyaient les estimations précédentes. En extrapolant ces données à la surface de la Terre, cela signifierait que les sols perdraient jusqu’à 3,1 milliards de tonnes de carbone par an. Le réchauffement climatique est grandement dû aux émissions de gaz carbonique d’origine anthropique. Or, en chauffant, les sols libèrent naturellement plus de CO2 qui, à son tour, contribue à ce réchauffement dans ce qui constitue un cercle vicieux.

Toutefois, le sol utilisé pour cette étude n’est pas représentatif de tous les sols de la Terre, et de nombreuses incertitudes demeurent. « La composition et la sensibilité à la température des sols varient en fonction des régions », explique Pierre Barré. « Il faut donc être prudent en extrapolant de telles données. Mais c’est une nouvelle pièce qui s’ajoute au puzzle très complexe de la respiration du sol et qui nous permet de mieux comprendre l’impact de la variation des températures sur le cycle du carbone. »

À l’heure où de hauts responsables, comme Scott Pruitt, directeur de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement, remettent en cause l’impact des gaz carboniques sur le réchauffement climatique, cette étude s’inscrit dans le consensus scientifique. Elle n’a, hélas, pas la même portée médiatique que les propos des climatosceptiques.

William Rowe-Pirra                                                                                                                                    Photo : © DR

————————

Dans le droit-fil d’une approche globale “cycles biogéochimiques” en lien notamment avec agriculture, forêts, couverts végétaux, lutter contre l’érosion des sols, quelques sites importants méritent un détour :

———————-

Commentaire de Bernard K. Martin

Stupéfiante, cette façon encore hélas de beaucoup de gouvernements, politiques, administrations, grandes compagnies, de retenir voire d’ignorer des études scientifiques d’une extrême importance pour la préservation de la biosphère et les populations sur notre Planète !

Encore attendre longtemps pour de véritables remises en question ? Des applications sur le terrain, en priorité reconstituer humus et organismes des sols, démultiplier les arbres et nouvelles forêts à établir, etc. ?  Accroître la fertilité par voie biologique, ainsi garantir la sécurité alimentaire, stocker énormément de carbone au sol, dans les végétaux, de fait rétablissement du cycle de l’eau quasi automatique, prévenir exodes-migrations. A quand un Plan Marshall ?

Les puissants sont-ils capables d’approche systémique ?

Auteur : Bernard K. Martin

Consultant agriculture durable Fondateur Journées romandes "Sol-plante-climat-énergie" http://PlanetHumus.com

Les commentaires sont fermés.